YRONDE et BURON vous accueille

logo du site
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille

Accueil du site > Pages Annexes > Géographie

Géographie

► L’hydrographie

Le réseau hydrographique est dense composé d’une rivière et de plusieurs ruisseaux.

La rivière Allier longe et constitue la limite communale ouest. Topographiquement, la rivière suit d’une manière générale le couloir d’effondrement de la Limagne. Néanmoins, elle traverse en gorge certains horsts qui compartimentent le bassin, comme la gorge de Ste Yvoine entre la Limagne d’Issoire et la Grande Limagne.

Le régime hydrologique de l’Allier est régulier. Son débit moyen est de 68m3/s au niveau de Vic le Comte. Lors de la traversée du territoire communal, l’Allier est alimentée par quatre affluents principaux.
- Le ruisseau de la Palle apparaît entre Yronde et la Molière à une altitude de 630 m environ.
- Le ruisseau de la Panière au niveau de Fontcrépon, à une altitude de 500 m.
- Le ruisseau des Fourniaux au sud.
- Le ruisseau du Crinzon ou de la Laye prend naissance à la hauteur de Sarlat, alimente un petit étang, traverse la commune voisine, St Babel, puis se jette dans l’Allier en longeant la limite sud de la commune.

Plusieurs ruisseaux drainent le territoire communal :

- Le ruisseau des Rivats au nord de la commune prend naissance à environ 630-640 m d’altitude et coule en direction du nord et de Vic le Comte.

Le territoire communal est peu concerné par les crues de l’Allier. La partie traversant la commune est signalée comme étant une zone de submersion centennale. Le risque est faible compte tenu de la topographie du site.

► Géologie

La commune d’Yronde et Buron est située dans la région de la Comté, entre le couloir Limagnais où s’écoule l’Allier à l’ouest et les contreforts volcaniques du Livradois à l’Est. Cette situation nous permet de rencontrer trois types de terrains déterminant trois unités pédologiques :

1 - les terrains sédimentaires :

Situés au nord-ouest de la commune en limite avec Vic-le-Comte. Il s’agit de terrains d’âge stampien correspondants à des argiles de couleur gris verdâtre, compactes, un peu sableuses et kaoliniques, épaisses de plusieurs mètres, ainsi qu’à des marnes à Cypris. Les sols qui en découlent sont des sols bruns, calcaires, fertiles, bien structurés et très argileux, présentant une profondeur moyenne. Certains de ces sols ont été lessivés et ont ainsi une potentialité moins bonne : ce sont des sols bruns, acides, de texture plus ou moins sableuse occasionnant des difficultés de drainage et une faible réserve en eau. On les trouve sur une bande de terre au sud de la Molière.

2 - les terrains volcaniques :

D’âge miocène, ils correspondent à des andésites. Ils sont situés au nord-est de la commune. Les sols qui en sont issus sont bruns et argileux, mais non calcaires. Leur principal défaut consiste en une pierrosité parfois très superficielle (dès 30cm). Certains secteurs sont, de plus, assez pentus.

3 - les terrains plutoniques :

Formés de granites à deux micas, ils définissent toute la moitié sud de la commune. Ces sols d’origine granitique sont acides et moins fertiles que les autres car pauvres en matière organique, phosphore et potassium. Ils ont en outre, de faibles réserves d’eau. Leur qualité dépend beaucoup de la pente et de la proximité du sous-sol. Tous ces terrains présentent une présomption d’instabilité faible ou mal connue.
DICRIM : Document d’Information Communale sur les Risques Majeurs.

 
 

► Le BOIS de la COMTÉ

Le Bois de la Comté est une forêt de plaine malgré un relief montueux. Elle est en Auvergne probablement la forêt de plaine la plus intéressante sur le plan biologique et le seul massif boisé sur calcaire important de la région. Elle s’étale sur 1500 ha, à une altitude variant entre 500 et 800 m. Bois de la Comté

Le contexte géologique diversifié mêle des sucs basaltiques ou phonolithiques, et des dépôts marno-calcaires qui génèrent une grande diversité de groupement forestier :
- chênaie pubescente thermophile dans la partie sud ;
- chênaie hêtraie quasi montagnarde sur les pentes nord et au dessus de 700 m ;
- des taillis de ravins. Le boisement occupe 35% du territoire communal (superficie totale de 1384 ha). Le dernier remembrement date de 1962.

La partie nord-est de la commune est fortement boisée et offre une grande diversité de milieux : ourlets, clairières, milieux humides, éboulis… dont une partie est recensée comme zone Natura 2000 (3.5% du territoire communal d’Yronde et Buron) : le Bois de la Comté. Le secteur du Mont Servait se situe de part et d’autre du point culminant de la Comté. Il est constitué de versants abrupts exposés au nord, et de versants sud. Le massif boisé de la Comté appartenait au domaine seigneurial du XIIe au XVIe siècle. Au XVIIe siècle, il appartenait au domaine royal puis devint la propriété de la famille de la Tour d’Auvergne jusqu’à la Révolution, avant d’être morcelé. Une partie du domaine a été rattachée pour un temps sous Louis Philippe au patrimoine forestier de Randan. L’autre partie fut acquise par de riches particuliers puis revendue aux collectivités locales durant les XIXe et XXe siècles. La forêt d’Yronde et Buron a été acquise par la commune en 1828.

La forêt de la Comté comprend plusieurs espèces végétales :
- des espèces protégées ou rares (Céphalantère rouge, Epipactis microphile (orchidée menacée), Lys Martagon)
- des espèces neutrophiles (Ail des ours, Grémille pourpre bleu, Parisette à quatre feuilles, Géranium noueux)
- mais aussi du Millepertuis hirsute, Gesse noire, Chrysanthème en corymbe, Mellite à feuille de mélisse, Sceau de Salomon odorant.

JPEG - 68.4 ko
Lys martagon
PNG - 134.3 ko
Sceau de Salomon
JPEG - 55.2 ko
Epipactis microphylla


Au bas des versants, sur pente forte où les conditions d’ombre et d’humidité sont maximales : les forêts de ravins ou éboulis instables peu exploités se rapprochent des forêts quasi naturelles (primaires) : Frêne, Erable plane ou Sycomore, Tilleul à grande feuille, Orme… La flore herbacée à espèces neutrophiles : Gaillet odorant, Lamier jaune… Des espèces montagnardes descendues à leur plus bas niveau d’altitude : Hêtre, Dentaire pennée, Actée en épi, Sureau rouge, Myrtille.

Dans le milieu forestier, la faune qu’il est possible d’observer est variée : mis à part le chevreuil et le sanglier, les carnivores représentés sont le renard, le blaireau, la fouine, la belette, le putois. Le chat sauvage est potentiellement présent mais sa présence est à confirmer. La couleuvre d’Esculape, la couleuvre à collier, et quelques vipères ont été recensées. Les batraciens sont représentés par la salamandre tachetée, le triton palmé, la grenouille verte, la grenouille rousse, le sonneur à ventre jaune...

PNG - 130.1 ko
Sonneur
PNG - 128.7 ko
Salamandre


pour en savoir plus

Maison des ENS  : Une maison dédiée aux Espaces Naturels Sensibles

www.maison-foret-bois.fr



Site réalisé avec la solution Web-collectivités de l'ADeP basée sur SPIP